La science au service de la prestation de programmes de santé mentale

Publié(e): le jeudi 1 juin 2017

LES ÉTOILES DE L’INNOVATION CANADIENNE


Patrick McGrath,
Psychologue clinicien.
Vice-président, Recherche, innovation et traduction du savoir, Centre médical IWK, Halifax.

Patricia Lingley-Pottie 
Présidente et directrice générale, Strongest Families Institute, Halifax. Professeure en psychiatrie, Université Dalhousie.

Les jeunes qui ont besoin de soins psychologiques doivent souvent attendre longtemps avant d’avoir un rendez-vous, puis ont des difficultés d’y être vu la surcharge de notre système de santé mentale et les inévitables pressions temporelles et financières auxquelles les familles font face.

La Dre Patricia Lingley-Pottie et le Dr Patrick McGrath ont mis la science en œuvre. Il en est ressorti une manière efficace d’offrir en temps opportun des services de santé aux enfants et aux jeunes par delà de vastes distances.

Le Strongest Families Institute (Institut des Familles Solides), un organisme caritatif d’Halifax, assure des programmes de télé-santé grâce auxquels des entraîneurs, par téléphone, écartent les obstacles et le stigma auxquels font face les familles faisant appel aux soins dans les cliniques traditionnelles.

« Vous pouvez faire vos opérations bancaires et vos emplettes à distance et réserver vos billets d’avion à distance; alors pourquoi ne pourriez-vous pas assurer des soins de santé mentale à distance? » Telle est la question que pose le Dr McGrath, un psychologue clinicien qui est vice-président de la recherche au Centre médical IWK, un centre hospitalier de recherche d’Halifax. Le docteur McGrath, président du conseil du Strongest Families Institute, est un ardent défenseur de l’utilité de la recherche pour améliorer les soins de santé dans de tels établissements.

« L’innovation est passionnante et gratifiante. Il est de notre responsabilité d’inspirer et d’encourager sans cesse la recherche et l’innovation pour maintenir l’élan, demeurer à l’avant-gar- de et trouver des solutions efficaces. »

– PATRICK MCGRATH

« L’innovation naît de la nécessité de résoudre un problème. Nos institutions publiques, surtout nos centres hospitaliers de recherche, sont des viviers d’innovation. Nous devons libérer les pionniers de l’innovation et soutenir l’innovation dans nos institutions publiques. »

– PATRICIA LINGLEY-POTTIE

« Nous devons considérer nos centres médicaux et nos systèmes de recherche comme des foyers de l’innovation en santé », explique-t-il. « Nous pensons à l’innovation dans le cadre des affaires et des jeunes entreprises, mais elle a également sa place dans la recherche hospitalière parce que c’est là où sont les patients. »

L’idée à l’origine du Strongest Families Institute vient des 35 années de carrière du docteur McGrath en tant que psychologue clinicien au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, établissement où il a trouvé « de longues files d’attente et un taux élevé d’abandon une fois que les familles étaient admises. » Après près de dix ans de recherches ensemble, les docteurs McGrath et Lingley-Pottie ont cofondé l’Institut en 2011. « L’institut a connu une croissance exponentielle depuis », dit la docteure Lingley-Pottie, présidente et directrice générale ainsi que professeure adjointe en psychiatrie à l’Université de Dalhousie et chercheuse au Centre médical IWK.

« Nous avons maintenant un système de soins à distance évolutif dont l’efficacité ne reste plus à prouver, qui peut réduire rapidement les listes d’attente », dit la docteure Lingley-Pottie. Elle poursuit en faisant remarquer que le service dessert actuellement 4 200 enfants et jeunes résidant dans cinq provinces, et qu’il a même des ramifications en Finlande et au Vietnam. « Les familles bénéficient du service en temps utile dans le confort et le milieu rassurant de leur domicile et ce, à des heures qui leur conviennent. Nous mesurons et consignons les résultats; notre taux de succès à surmonter les problèmes est de 85 pour cent. Moins de 10 pour cent abandonnent et les familles sont très satisfaites. »

Selon la docteure Lingley-Pottie, l’Institut aide des enfants de trois à dix-huit ans qui ont des problèmes de gravité modérée accompagnés de comportements perturbateurs et d’anxiété. L’Institut a mis au point un « e-système » appelé IRIS qui est l’épine dorsale de l’organisation; il réduit les pertes au niveau organisationnel et accroît l’efficacité en mettant une interface utilisateur intelligente à la disposition du personnel et des familles. La recherche a montré que les familles forgent des liens plus solides que dans les consultations en face à face « grâce à l’intimité que permet l’anonymat virtuel », de préciser la docteure Lingley-Pottie.

En dépit du succès du programme, le financement gouvernemental n’est pas à la hauteur des besoins.

« Souvent, lorsqu’on accorde plus de fonds, on reprend le train habituel au lieu d’adopter un modèle de prestation nouveau, mieux établi, plus rentable », dit-elle. « Comme il s’agit d’un champ d’exercice relativement nouveau, peu d’investissements particuliers ont été consacrés au soutien de cette technol- ogie dans les domaines des soins et de la santé mentale. »

Il est essentiel pour les innovateurs de persévérer, de comprendre leur marché et de s’assurer que leur produit ou leur service soit évolutif, de dire enfin le docteur McGrath. L’Institut étudie actuellement la possibilité de prendre en charge d’autres types de problèmes de santé mentale et d’autres segments de la population. Par exemple, il songe à étendre ses services sur le plan géographique ailleurs au Canada ainsi qu’à l’étranger, et il a décidé d’élargir le programme de lutte contre l’anxiété pour les jeunes adultes ainsi que de mettre au point divers volets de SSPT, soit pour les réfugié(e)s syriens, pour les familles de militaires et d’anciens combattants et pour les enfants qui souffrent de retards de développement ou de problèmes mentaux.

Le docteur McGrath, qui fait des recherches préparatoires à l’élargissement des services de l’Institut, croit qu’avec des centaines de milliers de jeunes qui ont besoin de soins de santé mentale au seul Canada, il n’y a pas de limite à la croissance que pourrait connaitre l’Institut. « Suivez nos progrès! », lance-t-il.

Pour en savoir plus sur les Prix du Gouverneur général pour l’innovation, visitez innovation.gg.ca/fr.

Back to top