Le progrès grâce aux processus

02/25/2010

Il s'agit d'une vision optimiste, dont la réalisation exige non seulement des politiques différentes, mais aussi des processus stratégiques différents. Nous - la TRNEE et la FPP - avons lancé ce projet car nous croyons que l'atteinte d'un développement durable passe par un programme de gouvernance plus coopératif, qui regroupe à la même table les gouvernements, les intervenants et les citoyens engagés et qui aide le gouvernement
à régler les problèmes de manière conjointe.

Les gouvernements du Canada éprouvent souvent de la difficulté à régler les questions de développement durable. Celles-ci sont particulièrement complexes : elles chevauchent les ministères, s'étendent sur de longues périodes et comportent de nombreux enjeux urgents et interreliés. Sur de nombreux fronts (changement climatique, énergie, utilisation des terres, eau, développement urbain, etc.), des intérêts sans compromis et des attitudes contradictoires ralentissent la progression. Les gouvernements, qui ont des décisions à prendre, doivent naviguer entre des revendications concurrentes et respecter leurs engagements électoraux, tout en veillant à l'intérêt public. Il existe néanmoins des cas où les intervenants sont parvenus à surmonter leurs différences et à collaborer entre eux et avec le gouvernement en vue de trouver des solutions. Ces exemples positifs ont aidé à inspirer le présent projet conjoint FPP-TRNEE.

Poussés par le désir de prendre du recul par rapport au fatras quotidien des désaccords et des débats sur la problématique de la durabilité au Canada, nous avons cherché à découvrir comment nous pourrions tracer un chemin plus direct vers le développement durable par la gouvernance et l'engagement coopératifs. Nous avons exprimé le point de vue que la durabilité exige des mécanismes de gouvernance mis au point spécialement pour négocier ces questions difficiles et pour créer une perspective plus intégrée au sein de nos gouvernements.