News

SHARE THIS:
09/30/2016

Jodi White, Présidente Émérite
La carrière de Jodi White embrasse le journalisme, le milieu gouvernemental, le secteur privé et les organisations sans but lucratif.  En plus d’avoir occupé des postes de niveau supérieur au sein du gouvernement et dans le secteur privé, elle a assumé des fonctions stratégiques lors de six campagnes électorales fédérales.  Mme White a commencé sa carrière en tant que journaliste à la CBC où elle a travaillé comme reporter des actualités télévisées. Ses productions au réseau radiophonique lui ont valu plusieurs prix.  Elle est actuellement présidente de Sydney House Consultants et du conseil d’administration de Tides Canada, une fondation philanthropique spécialisée dans les questions de protection de l’environnement et de justice sociale.  Elle a été également présidente-directrice générale du Forum des politiques publiques et est membre de l’Ordre du Canada.
 

David Zussman, Président Émérite
David Zussman est professeur adjoint à l’École d’administration publique de l’Université de Victoria et chercheur principal à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales (ESAPI) de l’Université d’Ottawa.  Auparavant, il a été titulaire de la chaire Jarislowsky sur la gestion dans le secteur public, doyen de l’École de gestion Telfer et directeur de l’ESAPI à Ottawa.  De 1996 à 2002, M. Zussman a été président du Forum des politiques publiques avant de devenir vice-président de la maison EKOS.  Il a également présidé l’équipe de transition pour le Premier ministre Jean Chrétien après l’élection de 1993, et a été secrétaire adjoint responsable de l’examen des programmes et de l’appareil gouvernemental et commissaire de la Commission de la fonction publique du Canada.  
 

 

09/28/2016
Edward Greenspon, président-directeur général du Forum des politiques publiques, a le plaisir d'annoncer la nomination de associés qui mettront leurs divers domaines d'expertise à la disposition de l'organisation. Les associés aideront à définir et contribueront au programme de recherche du FPP en quête de meilleurs résultats stratégiques pour les Canadiens.

"Alors que le Forum se rapproche de son 30e anniversaire, nous sommes à la recherche de nouvelles occasions d’apporter plus d’impact à travers le pays», a déclaré Greenspon. «Tirer parti des connaissances et des réseaux des associés augmentera nos capacités en tant qu’entreprise de politique appliquée axée sur l'amélioration de la gouvernance et de la politique publique au Canada."
 

Rob Annan
Rob Annan est un expert accompli et respecté dans le domaine de la recherche et la politique d'innovation. En tant que chef de la recherche, Rob a contribué à faire de Mitacs une réelle réussite canadienne en matière d'élaboration et de proposition de programmes d'innovation instiguée par la politique. Il rencontre les représentant(e)s des gouvernements, des organisations et des institutions à travers le Canada lors de réunions sur la stratégie et la politique d'innovation et intervient régulièrement lors d'évènements publics ou privés dans tout le pays. Rob est titulaire d'un doctorat en biochimie de l'Université McGill.

Emerson Csorba
Emerson Csorba est président de la société Csorba & Company Ltd, où il travaille avec des organisations du secteur de l'éducation au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Israël. Dans le cadre de son travail, et grâce à une base solide en philosophie de l'éducation, Emerson allie la pratique et la théorie en travaillant avec un réseau mondial d'initiateurs de changements. Contributeur à la Harvard Business Review, aux journaux The Globe and Mail et Daily Telegraph ainsi qu’au programme du Forum économique mondial, il réunit activement les théoriciens et les praticiens pour examiner les tendances et les enjeux en milieu de travail. Emerson est membre de la Royal Society of Arts de Londres, membre du Conseil des ambassadeurs de l'International Crisis Group et membre de l'initiative Global Shapers du Forum économique mondial.
 
Elizabeth Dubois
Critique, avocate, et universitaire, Elizabeth Dubois travaille à la recherche sur la triade des médias numériques, l'influence et la politique en tant que professeure adjointe à l'Université d'Ottawa. Diplômée de l'Internet Institute de l'université d'Oxford, le travail d'Elizabeth a pour but de comprendre de quelle manière la technologie peut être mise à profit pour accroître la responsabilité et l'engagement des citoyen(ne)s. Collaborant avec des organismes sans but lucratif, des sociétés du secteur des technologies, des journalistes et des universitaires du monde entier, sa mission est orientée sur l'action. De la conduite d'une enquête « Vote Savvy » en ligne qui a eu la double fonction d'outil d'information des électeurs lors des élections fédérales de 2015 et de rédaction d'éditoriaux, elle cherche à rendre son travail accessible. Elle est également experte-conseil pour des entreprises des secteurs technologiques et des organismes sans but lucratif.
 
Drew Fagan
Drew Fagan a récemment quitté la fonction publique après de nombreuses années passées à travailler à des postes de direction aux niveaux fédéral et provincial. Drew a été sous-ministre lors des jeux para et panaméricains de 2015, sous-ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, et sous-ministre de l'Infrastructure auprès du gouvernement de l'Ontario. Avant de rejoindre la fonction publique de l'Ontario, il a été sous-ministre adjoint pour la politique et la planification stratégique au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, agissant en tant que représentant du premier ministre au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique. Avant sa carrière au sein des services publics, Drew a travaillé au Globe and Mail, où il a occupé de nombreux postes de direction, dont celui de chef du bureau parlementaire, rédacteur en chef adjoint du magazine Report on Business et correspondant à Washington.
 
David Fransen
David Fransen est le président du Sommet de l'innovation de Waterloo, un membre du conseil consultatif de l'Institute for Quantum Computing, et conseiller auprès de sociétés à Los Angeles, Toronto et Waterloo. David a oeuvré en tant que cadre supérieur au sein du gouvernement, du milieu universitaire et du corps diplomatique, dirigeant de larges équipes interdisciplinaires dans le cadre de programmes et de politiques de R. et D. inédits. Il a initié la création du conseil des gouverneurs du Conseil des académies canadiennes au sein duquel il a ensuite agi en tant que membre. David a également été membre du conseil d'administration de la Corporation commerciale canadienne et du Conseil canadien des normes, ainsi que le secrétaire du Groupe d'experts sur la commercialisation de l'industrie du Canada.
 
Aaron Good
Aaron Good est vice-président de la Fondation de la famille J.W McConnell, où il dirige la plate-forme d'innovation sociale Innoweave et les programmes connexes portant sur l'amélioration des résultats en lien avec les jeunes, les personnes âgées, et les Canadien(ne)s autochtones. Aaron Good dispose d'une vaste expérience dans les secteurs public, privé et sans but lucratif. Avant de rejoindre la Fondation McConnell, il a été vice-président du Forum des politiques publiques et directeur des politiques du Bureau de la condition des personnes handicapées chez Ressources humaines et Développement des compétences Canada. Il a également passé huit ans en tant que consultant en stratégie chez Bain & Company et au sein du Groupe Bridgespan à Bogotá, San Francisco, Sydney et Toronto.
 
 
 
Sylvain Lafrance
Sylvain Lafrance est l'ancien vice-président exécutif des services en langue française à la SRC /CBC, où il a dirigé l'intégration de la radio, de la télévision et des plateformes web à Radio-Canada pour créer un des plus grands services de diffusion en langue française au monde. Après une longue carrière en tant que journaliste et cadre à la SRC/CBC, Sylvain Lafrance est devenu professeur associé à HEC Montréal, poste qu'il occupe depuis 2012. Il est membre de l'Ordre du Canada et a reçu la distinction de Chevalier de la Légion d'honneur remise par la France ; il est Chevalier de l'Ordre de la Pléiade de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, et Chevalier de l'Ordre national français des Arts et des Lettres.
 
Alison Loat
Alison Loat est dirigeante, consultante en gestion et créatrice d'entreprise disposant d'une solide expérience à des postes de direction dans les secteurs des organisations privées, à but non lucratif et universitaire. Elle est actuellement conseillère stratégique auprès de Focusing Capital on the Long Term (FCLT), un organisme sans but lucratif dédié à l'élaboration d'outils et d'approches encourageant les visions à long terme dans les décisions commerciales et d'investissement. Alison est aussi cofondatrice et ancienne directrice générale de Samara Canada, un organisme de bienfaisance non partisan œuvrant à établir de meilleures politiques et accroître la participation citoyenne. Elle est de plus l'auteure du livre à succès Tragedy in the Commons (Tragédie aux Communes), membre du conseil d'administration du Banff Forum et fait partie du groupe des jeunes leaders mondiaux du Forum économique mondial qui co-dirige un projet sur les droits des personnes handicapées.
 
Lorraine Mitchelmore
Lorraine Mitchelmore est cofondatrice et coprésidente d'IntelliProspérité, un groupe de réflexion visant à promouvoir la réduction des émissions de carbone au Canada. Elle dispose de 30 ans d'expérience dans le domaine du pétrole et du gaz et a passé plus d'un tiers de sa carrière à l'international. Lorraine Mitchelmore a été vice-présidente exécutive pétrole lourd de Royal Dutch Shell, rôle auquel s'ajoutait celui de présidente de Shell Canada Limitée. Elle a travaillé chez Petro Canada, Chevron et BHP Petroleum avant de rejoindre Shell en 2002. Actuellement administratrice du conseil d'administration de la Banque de Montréal, Lorraine Mitchelmore a également été présidente de la Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership de 2015 et coprésidente de la campagne de Centraide à Calgary et environs de 2015.
 
Taylor Owen
Taylor Owen est professeur adjoint aux médias numériques et aux affaires mondiales à l'Université de Colombie-Britannique, collaborateur sénior à la Columbia Journalism School et fondateur et rédacteur en chef de OpenCanada.org. Il a été auparavant directeur de recherche du centre Tow pour le journalisme numérique à la Columbia University et a occupé des postes de recherche à l'Université de Yale, à la London School of Economics et à l'institut de recherche sur la paix d'Oslo. Son travail explore les intersections entre la technologie numérique, les médias et les affaires internationales. Taylor est l'auteur de Disruptive Power: The Crisis of the State in the Digital Age and the forthcoming Journalism after Snowden: The Future of the Free Press in the Surveillance State (Pouvoir trouble : L'État en crise à l'ère du numérique) et de la publication à venir Snowden: The Future of the Free Press in the Surveillance State (Le journalisme après Snowden: l’avenir de la presse libre dans l’État de surveillance).
 
Karen Restoule
Karen Restoule est membre de la première Nation Dokis (nation Anishinaabe) et bénéficiaire du Traité Robinson-Huron de 1850. Elle est actuellement vice-présidente des tribunaux de la sécurité, des appels en matière de permis et des normes Ontario et supervise leur stratégie sur les services en langues autochtones et française. Elle a été auparavant directrice du secteur de la justice pour les chefs de l'Ontario, où elle a coordonné les efforts visant à résoudre les problèmes de justice et de capacité rencontrés par les communautés des Premières Nations. Promotrice de la réconciliation, Karen Restoule a créé Bold Realities (Réalités audacieuses), une série de tables rondes réunissant des dirigeant(e)s industriel(e)s et autochtones afin d'explorer leurs rôles respectifs dans la création de partenariats. Elle a également été impliquée dans le développement de Dare to Dream (Osez rêver), un programme d'éducation à la justice et de mentorat à destination des jeunes autochtones.

 

 

07/07/2016

As an island of reason in a sea of raging anxiety, Canada has an opportunity this week to put its money where its mouth is on free trade.

Despite a spasm of doubt in the late 1980s, Canada, which was founded on the fur trade and today exports everything from water bombers to opera house acoustics, possesses a rare appreciation of the enrich-thy-neighbour values embedded in the free movement of goods, services, capital and people.

Except, it seems, in our own backyard. Within Canada, provinces have too often misdirected their energies towards erecting barriers — from the inane to the insidious — against those from away, even when “away” is right next door in an extraordinarily successful 149-year-old neighbourhood

On Friday, Canada’s 14 federal, provincial and territorial governments get a chance to remedy this annoying anomaly when Innovation, Science and Economic Development Minister Navdeep Bains sits down with his counterparts to, as a recent Senate committee declared, “tear down these walls.”

For the full article, please click here.

06/28/2016

The Canadian government is investigating the state of the country’s struggling news industry following a rash of newspaper closures and editorial job cuts, reports the Canadian Press.

To help in the task of coming up with possible policy options, the government has enlisted help from a think tank, the Public Policy Forum. As its president, Ed Greenspon, noted: “It’s a sensitive area of policy making,”

You bet it is. In any country, the decision about whether government should fund “old” mainstream media outlets in the face of them being supplanted by new digital media raises any number of questions.

For the full article, please click here.

06/28/2016

OTTAWA – The federal Liberal government has enlisted the independent Public Policy Forum to assess the state of Canada’s struggling news industry as it mulls over potential policy options.

A rash of newspaper closures and newsroom layoffs this past winter, combined with a looming debt bomb for Postmedia Network Canada Corp., Canada’s largest newspaper chain, has added a sense of urgency to a decade-long disruption of the journalism that Heritage Minister Melanie Joly’s office says “plays a central role in a healthy democracy.”

The Commons heritage committee has already begun hearings on how Canadians, and particularly local communities, are being served “through news, broadcasting, digital and print media,” according to a February committee motion.

For the full article, please click here.

SHARE THIS:
06/14/2016
The Huffington Post Canada  |  By Jesse Ferreras
 
Add the Organization for Economic Co-operation and Development (OECD) to the growing list of parties who want foreign investment in Canadian telecommunications.
In its 2016 Economic Survey of Canada, released Monday, the OECD makes a case for foreign entry into the Great White North's telecom market, saying it brings the potential for cheaper Internet and more subscriptions.
 
"Greater competition in telecoms and broadcasting could lower prices and increase access to fast, high-quality networks," it said.
 
The OECD ranked Canada as the toughest country to crack when it comes to telecommunications.
 
It noted that "foreign interests have been generally allowed to hold no more than 46.7 per cent of voting equity in any facilities-based telecommunications carrier or a broadcast distribution undertaking."
 
The federal government did away with such restrictions for any telecoms that had less than 10 per cent market share back in 2012, but that did nothing to attract foreign investment, it said.The OECD quoted a trade policy paper which noted that trimming foreign ownership restrictions could "reduce price-cost margins by two percentage points from Canada's average of 26 per cent" for public companies.
 
This would create "tangible gains for consumers and downstream firms," it said.
 
Foreign investment would most likely come from the United States — which, it noted, had lower-quality services available at lower prices.
 
The OECD isn't alone in calling for changes to Canada's broadcast and communications laws.
 
The C.D. Howe Institute issued a report last month calling on the federal government to do away with Canadian content quotas for broadcasters.
 
Local and specialty TV stations currently must fill half their prime-time programming with Canadian content, and the institute wants the rule abolished altogether.
 
It, too, argued for more foreign ownership of telecommunications.
 

 

05/30/2016

The Globe and Mail

Is the funny gang at This Hour Has 22 Minutes a good use of tax dollars? What benefits accrue to Canadians from Tatiana Maslany’s acclaimed performance in Orphan Black?

Artists are often inept at explaining the value of what they do – their art would seem to be its own explanation – and many tire of seeing culture judged for its social utility. Think tanks, on the other hand, are great at declaring what is useful and what is efficient. So no surprise that as Ottawa belatedly awakens to the reality that it needs to revise federal broadcast regulations, the policy wonks are all over the issue. This week, both the Fraser Institute and the C.D. Howe Institute released reports recommending that Canada dispense with Canadian-content rules forthwith.

Even the most ardent cultural nationalists know there’s a problem. On television, regulations requiring that about half the programming day be devoted to Canadian shows were created for linear schedules; they make little sense in an on-demand environment. Also, unregulated foreign services – that would be Netflix – face no such requirements. Nor does Netflix contribute to the Canadian programming funds underwritten by the cable and satellite companies. So you have an uneven playing field: The old television players face Canadian-content obligations that the new Internet players don’t.

See full article on globeandmail.com.

 

03/01/2016

Ottawa, le 1er mars 2016 — L’un des journalistes les plus accomplis du Canada est maintenant président et chef de la direction du Forum des politiques publiques. L’organisme indépendant a annoncé qu’Edward Greenspon succédera dès aujourd’hui à Larry Murray, président par intérim.

« Ed est un dirigeant fiable en politiques ainsi qu’un communicateur exceptionnel, dit Anne-Marie Hubert, présidente du conseil du Forum. Je sais que son excellence lui permettra de combiner les meilleures idées possibles afin de rehausser les liens de confiance entre les divers secteurs, ce qui nous permettra de contribuer aux meilleures politiques de ce pays. »

« Je suis ravi de me joindre à la communauté du Forum. Je crois fermement qu’il faut avoir des discussions sérieuses qui traitent d’une multitude de problèmes liés aux politiques de notre époque, dit Greenspon. Je suis enthousiaste et fier de promouvoir ses solutions collaboratives qui produiront de meilleurs résultats pour les Canadiens et les Canadiennes. »

Greenspon a travaillé dans les domaines du journalisme, des affaires et des politiques publiques pendant plus de 30 ans, sa plus récente fonction étant celle de directeur de la couverture mondiale des évènements liés à l’énergie et à l’environnement au sein de l’une des plus importantes agences de presse du monde. Il a aussi supervisé de grandes initiatives journalistiques. En 2014, il était engagé par Bloomberg comme envoyé spécial au Canada et il a travaillé pour Torstar Corp., maison qui publie le Toronto Star, en tant que vice-président, Investissements stratégiques. Au Globe and Mail, Greenspon était chroniqueur financier, rédacteur, chef du bureau d’Ottawa, correspondant européen, rédacteur fondateur du globeandmail.com et rédacteur en chef. Il est aussi auteur primé et récipiendaire du prix Hyman Solomon pour l’excellence journalistique dans le domaine des politiques publiques.

Média :

Sara Caverley
Coordinatrice aux communications
Forum des politiques publiques
Tél. : 613-238-7858, poste 228
sara.caverley@ppforum.ca
ppforum.ca

 

08/20/2015

Chers amis,

Je tiens à vous informer d’un changement récent à l’équipe de direction du Forum des politiques publiques du Canada. En effet, M. David Mitchell a quitté ses fonctions de président et chef de la direction le 20 août dernier. En tant que président du conseil d’administration, j’assumerai provisoirement le rôle de président et chef de la direction.

Au cours des prochaines semaines, nous lancerons le processus formel de recherche d’un nouveau président. Entre-temps, vous pouvez communiquer avec moi par courriel à larry.murray@ppforum.ca, ou par téléphone au (613) 238-7858, poste 226.

Nous comptons bien poursuivre l’important travail du Forum et atteindre notre objectif d’améliorer la gouvernance pour les Canadiens.

Cordialement,

Larry

Larry Murray
Président et chef de la direction intérimaire
Public Policy Forum | Forum des politiques publiques
1405-130 rue Albert Street, Ottawa, ON K1P 5G4
613-238-7858 x226
larry.murray@ppforum.ca

Syndiquer le contenu